You are currently viewing S’engager pour la cohabitation pacifique en 2022
Un auditeur de nos émissions sur la campagne, parle de son souhait pour l’an 2022. Photo: CORACON.

S’engager pour la cohabitation pacifique en 2022

CORACON en partenariat avec la Benevolencija, a mené une campagne dénommée «  mimi na redio yangu twataka amani mwaka 2022 » qui signifie en français « ma radio et moi voulons la paix en 2022». La campagne consistait à recueillir de bonnes intentions des auditeurs des radios communautaires sur la paix et la cohabitation pacifique en 2022. Ce projet a été exécuté dans les provinces du Nord et du Sud-Kivu.

La République démocratique du Congo compte environ 145 tribus. La cohabitation entre ces tribus pose quelques problèmes bien que la diversité soit considérée en général comme une richesse. Cette crise entre quelques communautés a été amplifiée par les multiples guerres vécues dans la partie Est de la RDC. Une situation exacerbée par des groupes armés à tendance tribale qui sont responsables de plusieurs exactions tel le kidnapping, les pillages, les assassinats ciblés.

CORACON et ses partenaires ont mis en place la campagne mimi na redio yangu twataka amani mwaka 2022 pour contribuer à la recherche de la paix et la cohabitation pacifique.

Dans le cadre de cette campagne, CORACON a produit des spots éducatifs et des portraits des leaders d’opinion. Il a aussi organisé des émissions publiques avec certaines couches sociales, l’une dans le territoire de Nyiragongo et l’autre dans le territoire de Masisi.

L’émission de Masisi abordait la question de « l’interculturalité, facteur du développement ». Les habitants du groupement KAMURONZA à SAKE qui ont participé à l’émission confirment qu’il existe une certaine méfiance entre les tribus de ce groupement qui constitue une barrière aux démarches de développement communautaire et à la cohésion sociale. Même les mariages interculturels qui aideraient à mieux rapprocher les personnes appartenant aux différentes tribus du coin ne sont pas souvent exploités.

BATACHOKA Douglas, secrétaire du groupement KAMURONZA estime que certains cas de meurtre connus dans cette contrée auraient comme base le manque d’acceptation mutuelle entre tribu. Il appelle ainsi les habitants de SAKE à la compréhension mutuelle et à une large sensibilisation des autres membres de la communauté pour une paix durable.

L’émission publique en territoire de Nyiragongo était centrée sur « l’implication des jeunes dans la cohabitation pacifique ». Ce sont donc des jeunes qui ont en majorité pris part à la discussion. Mais le jeune   OMBENI ISEKURI reste vigilant. Pour lui, si la division caractérise les communautés de son terroire, c’est à cause de la manipulation de certains acteurs politiques qui cherchent à se positionner. Quant à Éric KITALIABOSHI, président du conseil territorial de la jeunesse de Nyiragongo, la naïveté de certains jeunes leaders facilite aussi l’œuvre des manipulateurs.

Même considération avec Maitre Christophe BIZURU qui affirme que « tout celui qui veux bien se positionner qu’il soit politicien ou administratif fait recourt aux jeunes. C’est ainsi que la manipulation prend de plus en plus de l’ampleur en territoire de Nyiragongo ». Il invite les jeunes à collaborer avec les leaders politiques de leur contrée dans les bonnes initiatives, mais qu’ils dénoncent toute action basée sur la haine tribale.

A la fin de chacune de ces émissions, certains participants ont exprimé leurs engagements pour contribuer à la cohabitation pacifique en 2022. Les participants de Nyiragongo se sont engagés en ces termes :

MAPENDO NYANDWI : « Je vais sensibiliser les jeunes de s’intégrer dans l’agriculture et l’élevage pour leur autonomie afin qu’ils ne servent pas des proies pour les politiciens mal intentionnés ».

Juvénal MBUSA : « Pour l’année 2022, je vais faire de mon mieux pour montrer aux jeunes du territoire de Nyiragongo les avantages de la cohabitation pacifique ».

PROVI MUTAKA : « Pour l’année 2022, en tant que jeune, je vais identifier les éléments nuisibles à mon développement et les mettre de côté car la jeunesse a une capacité de travailler ».

FAUSTIN ZABAYO. « Pour 2022, je vais mener des plaidoyers pour que la jeunesse de NYIRAGONGO soit en mesure de se prendre en charge au moins en dix pourcent. Je vais aussi plaider pour la cohabitation pacifique, la sécurité, le développement du milieu et l’auto prise en charge ».

MUMBERE KANDUNDAO : « Je vais sensibiliser les jeunes pour qu’ils cessent avec les conflits inter communautaires pour la cohabitation pacifique et l’avancement du territoire ».

Les participants de Sake en territoire de Massisi se sont engagés en ces termes :

MUKAMUSONI Charlotte : « Je m’engage à travailler dans l’unité et sans discrimination ».

FURAHA Jeanne : « Je vais sensibiliser la population de stopper avec le kidnapping ».

WIMANA NGOKO : « Je veux vivre en amour avec mes voisins et sensibiliser pour mettre fin au kidnapping ».

KALONDERO Baudouin : « Je vais mener des plaidoyers pour que l’autorité étatique sécurise SAKE ».

KAHINDO Jeanine : « Je m’engage à aimer les personnes d’autres tribus».

MUNYANO Delphin : « Sensibiliser ma communauté pour finir avec le tribalisme et la jalousie ».

KAMARI- HOSE : « Je plaiderai pour que les pygmées accèdent aux différents services pour leur auto prise en charge ».

MUSANGANYA SAMUORA : « Je lutterai pour la paix ».

GAVE- HOSE : « Que ma famille ait de la paix ».

La campagne mimi na redio yangu twataka amani mwaka 2022 est allée du 03 au 24 décembre 2021.

La rédaction du Coracon.