You are currently viewing Ebola: comment la RD Congo et le Rwanda collaborent?
Mouvement des personnes sur le poste frontalier Goma-Gisenyi (RD Congo-Rwanda). Photo:Timothy Kisambira, The New Times.

Ebola: comment la RD Congo et le Rwanda collaborent?

Chaque jour, 64000 commerçants passent la frontière entre le Rwanda et la République Démocratique du Congo (RDC). Comment l’épidémie Ebola influence leur travail ?    

Nous avons rencontré certains d’entre eux à la petite barrière à Gisenyi (Rwanda). La plupart des commerçants disent qu’ils continuent à faire leurs activités quotidiennes, y compris leur petit commerce entre Gisenyi et Goma (RDC).

« Je ne suis pas inquiet face au virus d’Ebola car notre pays a pris des mesures appropriées. Le virus d’Ebola se propage par le biais de la malpropreté. Nous faisons tout ce qui est nécessaire pour que la propreté soit atteinte afin de prévenir », dit Damascene Ntirenganya.

« Je doute parce que nous échangeons entre nous, mais nous ne pouvons pas arrêter d’aller au Congo parce que nos activités quotidiennes nous obligent d’aller là », explique Claudine Mukamwezi.

Pierre Mateso est Congolais. Il assure que – malgré l’épidémie qui sévit dans son pays – les Congolais sont toujours autorisés à se rendre au Rwanda.

Les stratégies à prendre

Même s’il n’y a pas de cas d ‘Ebola au Rwanda, les Rwandais qui habitent à côté du Congo dissent que le gouvernement Rwandais doit prendre les stratégies pour protéger la population.

Les mesures que la population souhaite c’est par exemple mobiliser les gens, principalement les élèves, de respecter les règles d’hygiène, se laver les mains à la frontière, mais aussi renforcer les tests médicaux pour réduire les risques de contamination par le virus.

“Le gouvernement doit continuer à contrôler les frontières pour éviter que quelqu’un traverse sans autorisation”, dit Uwimana Solange.

Ndahayo Pierre, un boucher au district de Rubavu, pense que le gouvernement Rwandais peut fermer les frontières pour que chaque population reste à sa résidence.

Iradukunda Furaha est aussi hésitante concernant le passage à la frontière : « Si tu te mets à la queue pour traverser la frontière et que tu rencontres quelqu’un, tu le salues, tu le touches, cela pourrait aussi amener la maladie au Rwanda ».

Ebola se transmet par contact direct avec les fluides corporels comme par exemple le sang, sueur ou le sperme, mais aussi par la manipulation sans précaution de cadavres contaminés. Mais  une personne vivant avec le virus Ebola peut seulement contaminer une autre personne si le patient a déjà des symptômes. La fièvre, par exemple.

La formation du personnel soignant au Rwanda

Dr Jean Bosco UWIMANA est en charge de suivre les activités de la lutte contre Ebola à l’hôpital de Musanze au Rwanda. Il rappelle qu’il n’y a pas de cas d’Ebola au Rwanda jusque là. Mais quand même, le gouvernement a pris différentes mesures pour protéger la population.

La République du Rwanda a par exemple formé tous les médecins qui s’occupent de la maladie Ebola. Question de leur permettre comment reconnaître les symptômes et mettre en place des mécanismes de prévention.

En outre, selon Jean Bosco UWIMANA, on a aussi formé des personnes qui sont dans la position de soutenir la lutte conte Ebola  au cas où une urgence se déclare. Il a insisté que les médecins sont prêts à aider la population si la maladie se produit au Rwanda. Il explique aussi qu’on a installé des outils pour se laver les mains partout où les gens se rencontrent en grand nombre.

La continuité des activités transfrontalières

Le docteur ajoute : “Aussi à la frontière, il y a la coopération. Par exemple, si tu trouves qu’il y a une personne avec des symptômes d’Ebola, tu informes les autorités que telle personne a besoin de se faire soigner.”

Il a expliqué que les Rwandais et les Congolais continuent à faire le commerce par exemple à la petite barrière entre Gisenyi et Goma. Parmi les mesures que le Rwanda a pris il y a la sensibilisation pour que les gens ne se touchent pas les uns et les autres.

“Les mesures de protection ne peuvent pas détruire les relations avec nos voisins parce que premièrement c’est la prévention. Faire le commerce ne veut pas dire qu’il faut se saluer comme d’habitude. Il y a une  nouvelle façon de se saluer, se donner les coudes au lieu de ses serrer les mains. Il y a moins de saletés sur les coudes que sur les mains”, dit Dr Jean Bosco.

Récemment, la ministre Rwandaise de la santé, Dr Diane Gashumba, a aussi dit qu’ il est essentiel de se laver correctement les mains et que chaque personne assure sa protection individuelle.

En treize mois, l’épidémie a touché trois provinces à l’est de la RDC, le Nord Kivu, le Sud Kivu et Ituri. Ebola a fait plus de 2000 morts jusque là. Mais le nombre des nouveaux cas diminue depuis certaines semaines.

Marie Claire ISINGIZWE