Sauver des vies à travers la radio

recepteur-radio-analogique-mondial-fm-mf-hf-tar-605-ref_ZX1730_1
Un poste récepteur radio. Photo: pearl.be.

Comme tous les 13 février depuis 2012, c’est la journée mondiale de la radio. Une opportunité pour les journalistes de mettre à la disposition du public des informations utiles.

C’est une opportunité pour , le Collectif des Radios et Télévisions Communautaires du Nord-Kivu (CORACON) de rappeler à ses radios membres leurs rôles. Ceux d’orienter leurs programmes vers l’intérêt des auditeurs et de traiter leurs informations d’une manière professionnelle.

Depuis l’apparition de la maladie à virus Ebola à l’Est de la RDC, les radios communautaire du Nord Kivu se sont engagé avec force dans l’éradication de cette maladie. Elles produisent des émissions participatives, des spots qui contiennent des messages éducatifs et donnent un espace d’échanges aux auditeurs. Grace à cet engagement, les communautés ont compris le danger que présente Ebola et se sont impliquée dans riposte de cette épidémie.

Dans le contexte actuel où le Nord-Kivu fait face à des multiples défis, entre autres : La résurgence du virus Ebola, l’insécurité généralisée dans les territoires et villes, les crises identitaires et préjugés, … les radios sont restées une église au milieu du village.

Le travail des radios en cette période de crise n’est pas facile. D’une part, les différentes couches de la population veulent que leurs sentiments priment sur les contenus de la radio. D’autre part, les radios veulent garder la neutralité dans le traitement des informations. Devant ce défi, Coracon encourage ses radios membres à respecter les règles d’éthique et la déontologie du journalisme dans le traitement de leurs informations.

Coracon compte actuellement plus de 52 radios membres dans toute l’étendue de la province du Nord Kivu. Il promeut la liberté de la presse et les voix des communautés.

Pour rappel cette journée a été proclamée en 2011 par les États membres, l’Organisation des Nations Unies pour l’Education, la Science et la Culture (l’UNESCO) et adoptée par l’Assemblée Générale des Nations Unies en 2012 en tant que Journée mondiale.

Reagan MWANAWEKA, journaliste.