Dépasser l’histoire

Facebooktwittermail
Les journalistes rwandaises donnent leurs impressions par rapport à leur stage au Congo dans une émission radio. Photo: Coracon.

Un climat de méfiance existe depuis longtemps entre certains Rwandais et Congolais. C’est la conséquence des guerres répétées. Souder de nouvelles relations entre ces deux peuples reste encore un défi.

Coracon s’emploie à la cohésion sociale. Dans le cadre d’un projet avec l’organisation des jeunes, Ejo Youth Echo (EYE) à Kigali au Rwanda, les Congolais et les Rwandais apprennent ensemble le journalisme sensible aux conflits. Ils produisent des émissions et font des stages réciproques.

« Je suis journaliste rwandaise, à présent, je n’ai plus peur de travailler au Congo. » Cette affirmation est celle de Christella UWICYEZA. Cette jeune femme rwandaise a effectué trois stages consécutifs à la Radio Tayna (RTCT), une chaîne émettant depuis Goma. C’est une ville Congolaise (RDC) située juste à côté du Rwanda.

En 2017, Christella UWICYEZA arrive pour la première fois à Goma. Elle crée de nouvelles relations avec des journalistes congolais. Cette expérience la ramène pour la deuxième fois en 2018 et la troisième fois en mars 2019. Cette fois-ci sa consœur Nicole GIRANEZA l’accompagne pour un nouveau stage à la Radio Tayna.

« On peut presque dire que je suis déjà congolaise. Je vis avec les Congolais, je partage le même repas avec eux et je travaille avec les journalistes congolais sans aucune crainte », se réjouit Christella UWICYEZA. A elle de souligner que la visite de quelques journalistes de la RDC à Kigali permet de rapprocher petit à petit les journalistes rwandais et congolais.

Pendant six jours de son stage à la Radio Tayna, Christella UWICYEZA dit avoir appris comment les journalistes congolais abordent les questions politiques. Selon elle, tout commence par la conférence des journalistes pour analyser un fait, composer des questions et déterminer les personnes ressources.

Liberté d’expression

Quant à Nicole GIRANEZA, la manière de travailler des journalistes de la Radio Tayna et ceux de EYE n’est pas très différente. « J’ai fait ce constat malgré que ce soit ma première fois de fouler mes pieds en RDC et plus précisément en ville de Goma. L’unique différence entre EYE et Tayna est que chez nous à EYE, nous produisons uniquement des magazines tandis qu’à la Radio Tayna les journalistes produisent des magazines ainsi que des éditions du journal », dit Nicole GIRANEZA.

Non seulement curieuse, Nicole se rappelle qu’elle était excitée par ce qu’elle devait traverser la frontière et découvrir la ville touristique du Nord-Kivu. « J’ai visité le lac Kivu, j’ai été au Rond-Point Chukudu et j’ai rencontré des amis journalistes à la RTCT. C’était magnifique de rencontrer par exemple Natacha, Jonathan, Oredy, Thierry, Daniel et Gracias », se souvient Nicole GIRANEZA.

Selon elle, l’esprit d’équipe doit passer avant toute chose pour faire avancer une radio. Elle l’a signifié au cours d’un magazine dans lequel elle est intervenue pour parler de ses impressions après son stage. Elle l’a dit en anglais: « People should really work on team spirit because I believe that team spirit makes or brings excellence ».

Daniel MAKASI MAHAMBA                                                                                                       Journaliste à la Radio Tayna

Facebooktwittermail