Indépendant et responsable

Facebooktwittermail
Le sort des déplacés, les journalistes en parlent. Photo: Sylvain Liechti/Monusco

Coracon a organisé un concours des journalistes des radios communautaires au Nord Kivu. Les journalistes ont mené une recherche indépendante sur les conflits dans leurs communautés. Lisez ici les réactions des auditeurs.

Les journalistes ont produit des émissions à travers différentes thématiques, entres autres :

  • Insuffisance des terres, cause des conflits entre éleveurs et agriculteurs
  • Les droits des veuves ne sont pas respectés dans certaines familles au Nord Kivu
  • La cohabitation difficile entre les déplacés des guerres et les communautés qui doivent les accueillir
  • Le tribalisme, source de division de certains membres des communautés.

Les journalistes ont surtout essayé de comprendre ce qu’on peut faire pour mettre fin aux conflits dans leurs communautés. Au moment de la diffusion des émissions, Coracon a récupéré quelques réactions des auditeurs dans différents coins de la province du Nord Kivu :

Didi, Rutshuru :

« Pour mettre fin au conflit qui oppose les éleveurs et les agriculteurs, il faut que les éleveurs cherchent un autre endroit où nourrir leur bétail et pas dans les champs d’autrui. »

Elisha, Rutshuru :

« Les éleveurs ont une mauvaise foi, puisqu’ils ne s’intéressent pas aux plantations des agriculteurs. A mon avis, avant de commencer avec l’élevage, il serait mieux que les éleveurs réservent un pâturage où nourrir leurs vaches. A quoi bon s’engager dans une affaire qu’on ne maîtrise pas bien ? »

Charles, Goma :

« Tant que notre pays n’a pas su gérer les lopins de terre, il est certes difficile que la cohabitation pacifique soit réelle dans ces milieux. Pour moi, l’autorité doit s’impliquer en vertu du principe sacro-saint : le sol et sous-sol appartiennent à l’État Congolais. »

Twahirwa, Goma :

« Nyiragongo n’est pas uni depuis le système inventé par les politiciens mal intentionnés de ce territoire pour dire les gens du Nord et du Sud Kivu. Le problème n’est pas le Kibaya (pâturage communautaire de Nyiragongo) mais une société civile politisée. Le Kibaya appartient à Kibumba et Buhumba. »

Bihoyiki, Goma :

« Chers amis, lorsqu’il y a un problème de la population, évitez la division dans la lutte. Mais il faut plutôt être unis, car les ennemis de la paix risquent de nous diviser pour régner. Soyons prudent, laissons nos tendances de côté et réfléchissons ensemble pour trouver la meilleure solution. Évitons l’égoïsme, tribalisme et corruption. »

Chirwa wa Chirwa, Beni :

« Le gouvernement doit tout faire pour mettre fin aux tueries à Beni. »

Aisha, Beni :

« Faites maintenant des plaidoiries pour que ces déplacés soient assistés. »

Promesse, Rutshuru :

« Le tribalisme prend de l’ampleur dans le territoire de Rutshuru, par ce que nous avons postulé à une offre d’emploi mais seules les personnes appartenant à une tribu ont été sélectionnées. Dites à ces gens d’abandonner le tribalisme dans notre territoire. »

Obedi, Rutshuru :

« De ma part, pour mettre fin au conflit dans le Rutshuru, il faut que les mariages mixtes s’appliquent dans toutes les tribus. Que les parents arrêtent de freiner leurs fils d’aller épouser les filles d’une autre tribu. Il faut qu’un Nande épouse une Hutu et vice versa et il n’y aura plus jamais de tribalisme. »

Texte: Gracias Mwanza

Facebooktwittermail