Les droits en santé sexuelle

Facebooktwittermail
Les jeunes reporters sensibilisent les festivaliers sur le dépistage. Photo : CCJ

Au festival Amani à Goma, les jeunes Congolais découvrent leur responsabilité en matière de sexualité.

Les jeunes se disent satisfaits du festival Amani car, à part la danse et la musique, ils ont eu des informations sur leur santé sexuelle et reproductive. Ils sont par exemple venu au stand de Cordaid pour se faire tester le VIH. CORACON coopère avec Cordaid et Freepress pour sensibiliser les jeunes sur leurs droits en santé sexuelle. Le projet s’appelle « jeuneS3 » (santé, sexualité et sécurité).

Voici quelques opinions des jeunes :

« Je suis Guy, un jeune de Goma, personne ne m’a forcé pour venir me faire tester le VIH. J ai juste entendu l’appel d’un jeune dans le mégaphone et je me suis senti intéressé . De fois, nous avons peur d’aller nous faire dépister dans des structures sanitaires de la ville, car le service du dépistage est séparé d’autres qu’organise la structure. Et quand tu t’y rends pour le dépistage, tout le monde sera curieux de voir ton attitude lors de ta sortie de la salle. Cela nous indispose. Je demande aux centres qui s’occupent du dépistage volontaire gratuit dans la ville de Goma, de ne pas séparer le service du dépistage des autres services pour mettre les curieux en confusion et sécuriser ceux qui viennent se faire dépister. »

« J’étais impressionnée »

« Moi, c’est Myriam. Je félicite tout d’ abord les jeunes qui sont venus me sensibiliser par rapport au test du VIH et du cancer de col de l’utérus. Ils m’ont dit qu’ ils sont jeunes reporters dans le cadre du projet jeuneS3. J’ai été impressionnée de l’échange que j’ai eu avec le médecin sur le VIH. Tu vois, aujourd’hui beaucoup de femmes meurent de cette maladie par ignorance. J’encourage sincèrement les jeunes reporters, car nous nous sentons plus intéressés quand nous sommes sensibilisés par les jeunes comme nous. Aussi nous écoutons des émissions produites par les jeunes, mais nous ne les connaissions pas. Grâce au festival nous venons de les voir. »

« Mon nom c’est Magloire, j’ai juste était informé et je suis venu me faire dépisté. A part le test du VIH, j’ai eu l’occasion de poser des questions liées à ma santé sexuelle à un médecin . J’encourage cette initiative. Néanmoins, ceux qui en ont bénéficié ne sont que ceux qui ont eu la possibilité de se payer un billet à un dollar américain pour avoir accès au festival. Je suggère à l’organisateur de faire de tout son mieux pour atteindre les jeunes dans différents quartier de la ville qui n’ont pas eu cette opportunité mais qui ont besoin de leur service. »

Dépistage volontaire

De sa part, docteur SEYDOU NDIAYE, directeur pays du projet jeuneS3 a signifié que CORDAID veut montrer les services en faveur des jeunes : « Comme vous voyez, CORDAID a des projets qui se focalisent à la santé sexuelle et reproductive des jeunes, jeuneS3 par exemple. Mais on constate que plusieurs jeunes n’en profitent pas suite à l’ignorance. C’est pourquoi nous avons saisi cette opportunité au festival Amani pour leur montrer nos services.Voilà que nous sommes entrain de fournir aux jeunes les bonnes informations sur leur santé sexuelle et reproductive et les méthodes contraceptives. Ils font aussi le dépistage volontaire et le test VIH»

Cette cinquième édition du festival Amani a réuni 12 milles personnes le premier jour, 10 milles le deuxième jour et 13 milles le troisième jour selon les organisateurs.

Vox pop : Viviane BISIMWA

Interview avec Docteur SEYDOU : Michael MUSAVULI

Rédaction : Gracias MWANZA et Gisèle BAGHENI

Facebooktwittermail