Faire l’amour avant le mariage ?

Facebooktwittermail
Le docteur Célestin Iyango en discussion avec Gisèle Bagheni de CORACON.

Les émissions de CORACON sur la santé et la sexualité provoquent des réactions. Le médecin Célestin Iyango répond aux questions.

« Les médecins sont très mauvais, ils peuvent divulguer nos informations après dépistage». C’est une citation d’un auditeur qui avait écouté une émission sur la santé et la sexualité des jeunes. Cette intervention par rapport au test médical du sida montre comment la méfiance règne quand on parle de la sexualité des jeunes. Cette question est toujours un sujet tabou dans beaucoup de familles dans la région des grands lacs.

CORACON, avec ces radio membres, veut briser ce tabou. Dans le cadre du projet « Jeune S3 » des filles et garçons eux-mêmes ont déjà produit 16 émissions radiophoniques. Toutes les semaines les jeunes écoutent ces émissions dans quatre zones de santé dans la province du Nord Kivu. Et les réactions des auditeurs sont multiples.

Le Docteur Célestin Iyango répond aux dizaines de réactions des jeunes. Il dit : « Les jeunes au Nord-Kivu sont très intéressés et vraiment curieux de savoir la bonne information. C’est qui est déjà bon. »

Il faut savoir que par manque des bonnes informations beaucoup de jeunes se réfugient auprès des amis ou des films pornographiques. D’autres ne veulent rien attendre et préfèrent s’adonner aux rapports sexuels pour avoir de l’expérience, « juste pour coucher ». Malheureusement ils ne pensent pas aux conséquences.

CORACON se bat pour une jeunesse bien informée. L’organisation encourage les filles et garçons à parler ouvertement par exemple sur le dépistage volontaire, les relations sexuelles avant mariages et les films pornographiques. C’est par exemple cette jeune fille de la zone de santé de Beni qui n’a pas donné son nom. Départ sa voix, elle est émue du sujet de l’émission. « Une fille déflorée n’a pas droit au mariage », pense-t-elle.

Un autre intervenant demande : « Dis-donc, vous permettez faire les rapports sexuels avant le mariage ? ». Docteur Iyango répond : « Nous n’autorisons et n’interdisons pas cela, mais plutôt nous avons l’obligation de vous orienter selon les principes médicaux, la politique nationale en la matière pour qu’à la fin vous fassiez votre choix. Mais qui soit éclairé ! »

CORACON continue à travailler avec les jeunes reporters pour qu’ils sensibilisent leurs confrères et consœurs par rapport à la sexualité et la santé. Seulement une jeunesse bien informée peut prendre des décisions responsables.

Reagan Mwanaweka

Facebooktwittermail