Vivre avec l’insécurité

Facebooktwittermail

 

 

Le conseil de sécurité des Nations Unies discute sur la situation en République démocratique du Congo. Photo: Monusco

L’insécurité a un impact considérable sur la survie de la population dans le territoire de Rutshuru. Les habitants de la province du Nord Kivu à l’est de la République démocratique du Congo souffrent depuis des années des multiples guerres. La plupart des personnes touchées sont les jeunes.

C’est le condensé de la tribune d’expression populaire qu’a organisé le collectif des radios et télévisions communautaires du Nord Kivu (CORACON) avec ses radios partenaires du milieu.

« Nous, jeunes sommes animés par un esprit de vengeance. Nos parents nous intoxiquent par des messages haineux qui nous incitent à un soulèvement contre une telle ou telle tribu», a dit un des participants. Cela serait, selon lui, la cause principale des conflits ethniques vécus dans cette région.

Un autre participant a expliqué comment la vie devient dure pour les familles d’accueil des déplacés. Dans son cas, ils étaient, au départ, 5 en famille. Mais, suite aux atrocités commises dans d’autres coins de la province, ils hébergent actuellement chez eux 15 autres personnes. Des personnes qui ont quitté leurs villages d’origine, fuyant les exactions des groupes armés. Les contraintes économiques sont énormes au point que certains jeunes pratiquent le vol, le kidnapping ou d’autres formes de criminalité pour survivre.

Éviter les manipulations

Par ailleurs, beaucoup de jeunes pensent que pour mettre fin à l’insécurité dans les milieux ruraux, il faudrait qu’eux mêmes s’engagent. Éviter le conformisme et les manipulations exogènes. Ils estiment que la gestion non violente des conflits est plus avantageuse. En conséquence ils n’apprécient pas la création des rébellions comme mode de revendication de leurs droits. À l’État, ils demandent la réorganisation de la justice pour que la paix règne dans leur territoire.

La tribune d’expression populaire a été organisée dans la cité de Kwanja située à 70km de la ville de Goma, mercredi en octobre 2017. L’activité s’inscrit dans le cadre du projet SOTE PAMOJA KWA AMANI (tous ensemble pour la paix) de CORACON.

Les jeunes de différentes associations et diverses cultures sont venus au rendez-vous pour y prendre part. L’objectif du projet est la promotion du débat sur la consolidation de la paix à travers les radios communautaires. C’est important dans un contexte politique marqué par des conflits.

Gracias Mwanza

Veuillez suivre l’émission sur la tribune d’expression populaire à Kiwanja:

 

Facebooktwittermail